imprimer        envoyer à un ami

Luniversité Al-Moustapha a passé en revue les méthodes de mémorisation du saint coran dans différents pays du monde

 

Groupe d'information: les mémorisateurs du saint coran de l'Albanie, du Nigéria, du Pakistan, de l'Inde, du Bangladesh et du Tadjikistan ont évoqué les méthodes de mémorisation du saint coran dans leur pays dans une assise organisée en conjointement par l'université al-Moustapha et le ministère des affaires islamiques dans la section "Le coran et les cultures des nations islamiques" de la foire internationale du coran.

Le centre d’information de l’université Al Moustapha rapporte que l’assise sur le thème « méthode de mémorisation du saint coran dans différents pays du monde » est une série de réunion organisée conjointement par l’université internationale Al Moustapha et le ministère des affaires culturelles et islamique dans la section « coran et culture des nations » à la fois internationale du saint coran.

Son éminence Hajj Abou Kasim, juriste des compétitions de mémorisation et mémorisateur de tout le saint coran était présent. Il a évoqué la méthode de mémorisation. Six étudiants de l’université Al Moustapha mémorisateur du coran ont présenté les méthodes de mémorisation du coran dans leur pays.

Au début de l’assise monsieur Assadi le directeur générale du coran et hadith d’Al Moustapha chargé de diriger l’entretien a exprimé en quelques mots que la place de la mémorisation du coran est plus élevé dans les nations par rapport aux autres discipline comme la lecture… il dit en effet : « les traditions rapportées des imams infaillibles montrent aussi l’importance de la mémorisation du coran et l’université AL Moustapha a accordé une place de choix à cette initiative grâce à laquelle elle a réussi à avoir 700 étudiants mémorisateurs »

Il ajoute : « pour trouver une méthode complète d’apprentissage de mémorisation, l’université Al Moustapha a analysé différentes méthodes appliquée dans les pays islamiques. Elle compte adopter la meilleure méthode avec pour objectif l’échange des idées et l’acquisition des informations sur les différentes méthodes de mémorisation en vogue dans plusieurs nations. A la suite de l’assise, monsieur Yatmir Chelâ, enseignant  du coran et promoteur des activités coraniques en Albanie a évoqué une méthode de mémorisation plutôt particulière appliquée par les musulmans dans les Balkans et les pays sous vassal ousmanite tels que la Turquie. Dans cette méthode, la première page de la première partie est mémorisée ensuite la deuxième page de la première partie ainsi de suite jusqu’à la fin du coran. Après cela, on attaque la deuxième phase de la première partie puis la deuxième page de la deuxième partie jusqu’à la fin.

Sayyed Mojtaba Akhtari a évoqué la méthode de mémorisation appliquée en Inde. Il continue : « la population de l’Inde est composée de 20 % de musulmans qui accordent beaucoup d’importance à la mémorisation du coran. La mémorisation repose beaucoup plus sur le texte du coran. Dans les instituts religieux sunnites, l’’étudiant passe les deux premières années de sa formation rien qu’à mémoriser le coran avant d’avoir la permission de continuer les études ».

Islamoudine Godayev du Tadjikistan a également souligné : « la mémorisation du coran était en nette progression au Tadjikistan avant la chute du communisme. Dès lors certains envoyèrent leurs enfants en Iran et au Pakistan pour mémoriser el coran. Il poursuit en effet : « la mémorisation du coran au Tadjikistan commence par la vingt huitième la vingt neuvième et la trentième partie. Ensuite on mémorise la première partie. Tellement le disciple répète les versets devant le maitre jusqu’à les assimiler. Il n’est pas autorisé à quitter la classe sans avoir mémorisé »

Sheikh Mohammad Chouheib mémorisateur du coran ressortissant d u Nigeria prend le relai et parle des tablettes sur lesquelles les petits nigérians sont obligés d’écrire tous les versets avant de les mémoriser. Ensuite les tablettes sont introduites dans une bassine d’eau placée au milieu de la classe afin que l’ancre soit nettoyée.

Le Sheikh Abrar Hossein du Pakistan a parlé des écoles fonctionnant en plein temps nuit et jour. Ici, on réveille tous le monde deux heures avant l’appel à la prière du matin. Les enfants répètent les versets au point qu’avant de se coucher, le soir, ils sont tous mémorisés. On ne marque la pause que pour aller prier ou manger. Donc du matin jusqu’au soir, les gens ne font que mémoriser le coran. Mohammad Abdou Housnan du Bangladesh a évoqué les écoles nommées : « Hafiziya » dans ce pays. Le Bangladesh compte une population de cent soixante millions et quatre vingt dix millions sont des musulmans. Des millions de musulmans y vivent.

Hajj Abou Kasim, juriste de la compétition internationale et mémorisateur de tout le corna est intervenu sur la méthode de mémorisation du coran et dit : « il semble qu’il existe différentes de méthodes de mémorisation du coran dans les pays mais en réalité, tel n’est pas le cas » il a parlé de trois points essentiels dans la mémorisation du coran  à savoir : « écrire, écouter, et répéter ». et on le retrouve dans toutes les méthodes. Il explique : « Toutefois, dans la plupart de pays africains à l’exemple du Nigeria et du Soudan, on investi beaucoup plus sur l’écriture des versets coraniques »

Hajj Abou Kasim souligne : « la répétition et la maitrise constituent le deuxième point ». Tellement le disciple répète en la présence du maitre jusqu’à ce qu’il dise : « ça suffit ». En réalité, la répétition et la reprise aboutissent à la mémorisation. En Iran, nous n’adoptons pas la méthode d’écriture et répétition contrairement à d’autres pays qui consistent beaucoup sur ces deux éléments. ».

Il ajoute : « la répétition individuelle est appliquée en Iran c’est-à-dire le disciple mène la mémorisation avec des répétitions et des exercices. A la fin, il présente au maitre ce qu’il a mémorisé. Vu le manque de maitre dans le domaine, cette méthode s’avère la meilleure dans les classes d’apprentissage »

Le mémorisateur de tous le corna poursuit : « si on veut parler de meilleure méthode  mémorisation, nous devons évoquer celle où l’écrit et l’écoute sont appliquées. L’écrit doit intervenir à la fin. L’écoute et la répétition sont les plus importants au début de la mémorisation du coran.

Ensuite il a parlé du temps approprié pour mémoriser le coran de jour comme de nuit : « comme on l’a dit sur le cas du Pakistan, ils optent pour deux heures avant l’appel à la prière du main pour le début de la mémorisation et des exercices. C’est un temps bien approprié et sagement calculé. On insiste dans les hadiths de dormir dans le premier tiers de la nuit. Un moment où nous sommes généralement devant la télévision. Or si nous dormons à ce moment, nous pouvons tirer beaucoup profit le matin.

Hajj Abou Kasim précise après : « il est mieux de débuter par les sourates de la fin du coran car elles renferment des belles mélodies et pleines de signification. Elles sont appropriées pour les touts petits et les adolescents. Il dit enfin : «la concentration lors de la mémorisation est importante. La concentration augmente la rapidité et maximise l’attention. Et si quelque chose nous traverse la tête pendant la mémorisation, il faut se promettre de la traiter après et de ne s’intéresser qu’à la mémorisation ».

 

  


09:11 - 22/08/2012    /    numéro : 20997    /    affiche le compte : 2179



fermé







saja

saja

sampa

sampa

sampa

bibliothèque

sampa

magazine

access deny